Des orchidées sauvages à Lavardin

Des orchidées sauvages à Lavardin

A Lavardin dimanche dernier, René Van Elferen, passionné et membre des Amis de Lavardin, nous a fait découvrir des orchidées sauvages de la Vallée du Loir. Avec des anecdotes, très utiles pour se souvenir du petit nom très imagé des orchidées, avec un background absolument phénoménal et dans le décor la forteresse médiévale de Lavardin, classé Parmi les Plus Beaux Villages de France, nous en avons pris plein les yeux.

Depuis la Place du Château, nous sommes montés par la Rotte Aux Biques. Pour ceux qui ne connaissent pas ce chemin, il faut absolument vous y rendre. La vue est magnifique sur le village et le chemin très pittoresque, sinueux, verdoyant, et ponctué de nombreux troglos.

orchidées sauvages, Lavardin, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Orchidée pourpre, Orchis purpurea

Rendus sur le plateau, nous faisons notre première halte au bord d’un terrain clôturé qui sert habituellement de pâture à des moutons. Il faut effectivement savoir que les orchidées ne pourraient pas se maintenir sur un terrain non entretenu, car elles seraient rapidement étouffées par les autres plantes. Sur ce terrain, nous rencontrons pour la première fois la reine des orchidées de Lavardin, la plus impressionnante et la plus abondante, l’Orchidée pourpre (ou Orchis purpurea pour les intimes). Elle forme des colonies de plusieurs centaines d’individus.

orchidées sauvages, Lavardin, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Orchidée pourpre, Orchis purpurea

Orchidée pourpre

Formant une colonie moins abondante, nous admirons aussi les orchidées singe (Orchis simia). Elles sont extraordinaires. Si vous les regardez de prés, vous pouvez apercevoir comme une myriade de petits singes roses entremêlés. Nous avons même le plaisir de rencontrer quelques hybrides, mélanges de ces deux espèces.

orchidées sauvages, Lavardin, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Orchidée singe

Orchidée singe

Les sujets hybrides sont beaucoup moins nombreux car chaque espèce d’orchidée travaille avec un insecte particulier pour leur fertilisation, et l’hybridation implique une erreur de ces insectes pollinisateurs. Les hybrides ne peuvent pas se reproduire.

orchidées sauvages, Lavardin, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, hybride de l'Orchidée singe et pourpre

hybride orchidée pourpre et orchidée singe

Nous continuons plus loin vers le plateau de la Croix Bonneau. Sur des anciennes terres viticoles, en hauteur, le terrain est propice au développement des orchidées, le sol est calcaire et bien draîné (les orchidées ne peuvent pas se développer sur des terrains trop riches). Nous pouvons admirer une colonie importante d’Orchis purpurea et de ci de là quelques Orchis simia et quelques Orchis bouffon.

orchidées sauvages, Lavardin, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Orchidée bouffon

Orchidée bouffon

Là où les herbes sont moins hautes, nous avons même le plaisir d’observer des Ophrys (un autre genre d’orchidée). Elles sont moins hautes et moins imposantes que l’orchidée pourpre, qui peut atteindre 80 cm de hauteur, mais sont tout aussi impressionnantes. L’ophrys mouche à une fleur en forme de…mouche. C’est ainsi qu’elle peut duper une espèce de guêpe qui vient la polliniser.

orchidées sauvages, Lavardin, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Ophrys mouche

Ophrys mouche

On trouve aussi l’Ophrys araignée, toute poilue.

orchidées sauvages, Lavardin, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Ophrys araignée

Ophrys araignée

Grace à l’expertise de René, nous pouvons observer quelques autres espèces d’orchidées qui ne fleuriront que plus tard, telles que l’orchidée bouc, qui quand elle fleurit sent très mauvais pour attirer ses insectes pollinisateurs, ou encore la Platanthera (un autre genre d’orchidée) bifolia. Cette dernière ne devrait fleurir, tout comme la bouc, que dans un mois, mais celle-ci dégage la nuit à la floraison une odeur de vanille.

 orchidées sauvages, Lavardin, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Orchidée pourpre, Orchis purpurea
Ces orchidées sont magnifiques. Si vous randonnez du côté de Lavardin d’avril à juin, ne manquez pas de jeter un coup d’œil. Attention, ce sont des espèces protégées, ne les cueillez pas !

Atelier plessage à la Maison Botanique

La Maison Botanique de Boursay  organise chaque année deux journées de formation « plessage et trognes ». En 2016, la Maison Botanique a accueilli 17 stagiaires venus de plusieurs régions de France.

La technique ancienne du plessage était courante dans toutes les régions de bocage. Elle consiste à créer des clôtures vivantes à partir de haies champêtres.

…Une façon ludique et conviviale de redécouvrir d’anciennes traditions (applicable chez soit à la campagne!), et  de profiter de la Nature.

EN SAVOIR PLUS SUR LE PLESSAGE
A la découverte de nos amies les grenouilles!

A la découverte de nos amies les grenouilles!

Notre territoire est magnifique, riche d’un patrimoine bâti remarquable, avec ses châteaux, ses manoirs, ses églises à fresques, ses jardins…mais aussi, à ne pas manquer, ses forêts, ses chemins…et ses grenouilles.

Dans le cadre de Fréquence Grenouille, une action nationale de sensibilisation sur les amphibiens, Perche Nature organisait ce samedi 12 Mars 2016 une sortie sur le thème des amphibiens. Au programme, exposé pour en apprendre davantage sur les espèces locales, puis une sortie d’observation sur le terrain.

J’ai appris plein de choses et ne regarderai plus les grenouilles de la même manière !
La prochaine fois que je me promènerai autour de l’Etang de Boisvinet, ou que je rencontrerai une mare autour de Vendôme, au Bois de l’Oratoire ou ailleurs, car elles sont nombreuses au Pays de Vendôme et ponctuent certains de nos chemins de randonnée, je ne manquerai pas de jeter un coup d’œil.

Amphibiens, grenouilles, crapaud, salamandres, tritons, Perche Nature Vallée du Loir, Pays de Vendôme, randonnée, marres, animation nature Amphibiens, grenouilles, crapaud, salamandres, tritons, Perche Nature Vallée du Loir, Pays de Vendôme, randonnée, marres, animation nature

Le mot amphibien a une racine latine signifiant « double vie ». En effet à l’état de larve les amphibiens ont des branchies et mènent une vie aquatique. Puis, suite à une « métamorphose », leurs poumons se développent et ils ont une vie terrestre.

Il faut distinguer les urodèles (type salamandres…) des anoures (les amphibiens sans queue, nos amis grenouilles et crapauds). Nous avons 11 espèces d’anoures sur notre territoire.

Le crapaud commun a de nombreux pustules pour humidifier sa peau et possède des glandes à venin pour se protéger (inoffensif pour l’homme). A la période des amours, les mâles sont tellement frénétiques que l’on peut en trouver un certain nombre accrochés sur le dos des femelles, qui peuvent même parfois se noyer compte tenu du poids.
L’alyte accoucheur est un tout petit crapaud qui apprécie les murets en pierre. C’est le mâle qui garde les œufs sur son dos et s’en occupe jusqu’à maturité.
Le sonneur à ventre jaune est la star locale. Son ventre jaune tacheté indique à ses prédateurs la présence de poison. Il n’hésite pas à montrer son ventre en prévention quand il se sent menacé. Son chant est proche de celui d’un hibou. C’est une espèce menacée car il vit dans des petits trous d’eau, qui sont de moins en moins nombreux à l’état naturel.
Le crapaud Calamite, contrairement à ses collègues, ne saute pas, mais il court.
Le pélodyte ponctué et recouvert de taches vertes.
La Rainette verte est une grenouille qui dispose de ventouse et peut monter aux arbres. Attention, elle n’est pas toujours verte !
La grenouille agile vit plutôt en milieu forestier. Elle ressemble beaucoup à la grenouille rousse qui a un museau plus arrondi et se distingue aussi par son ventre tacheté.
Nous disposons aussi sur notre territoire de 3 espèces de grenouille verte, la Lessona, la Commune et la Rieuse (qui a été importé d’ailleurs; son gêne étant dominant sur les 2 autres espèces, on pense que le gêne de la Lessona aura disparu dans quelques temps à force de croisements).

La reine des Urodèles, ou en tout cas la plus fameuse, est sans doute la salamandre. Jaune tachetée de noir elle était réputée au moyen âge pour résister au feu et François Ier en fit son symbole. Si sa larve a une vie aquatique, la salamandre adulte, après sa métamorphose, ne sait pas nager, et peut même parfois se noyer en venant déposer ses larves dans l’eau. Elle est vivipare et les œufs éclosent à l’intérieur de la salamandre. Elle peut vivre une trentaine d’année.
Le triton, lui, qu’il soit Palmé, ponctué, alpestre, crêté ou marbré, a une vie complètement aquatique pendant 6 mois, puis une vie terrestre pendant les 6 autres mois, période à laquelle les mâles perdent leur jolie crête. Comme pour beaucoup d’animaux, le mâle est toujours plus beau et coloré que la femelle.

Amphibiens, grenouilles, crapaud, salamandres, tritons, Perche Nature Vallée du Loir, Pays de Vendôme, randonnée, marres, animation nature Amphibiens, grenouilles, crapaud, salamandres, tritons, Perche Nature Vallée du Loir, Pays de Vendôme, randonnée, marres, animation nature

Place à l’observation !:
Après cet exposé extrêmement instructif, nous sommes partis visiter une mare en fin d’après-midi pour mettre à profit nos nouvelles connaissances. Il faut savoir que les amphibiens sont plus actifs la nuit et donc plus facile à observer le soir. Nous voilà donc parti avec nos épuisettes et nos bottes. Première touche, une madame triton palmé pleine, avec son ventre bien arrondi. Puis monsieur triton palmé, avec son ventre orangé et sa queue « en miroir » pour séduire madame.

Amphibiens, grenouilles, crapaud, salamandres, tritons, Perche Nature Vallée du Loir, Pays de Vendôme, randonnée, marres, animation nature Amphibiens, grenouilles, crapaud, salamandres, tritons, Perche Nature Vallée du Loir, Pays de Vendôme, randonnée, marres, animation nature

Les amphibiens sont précieux :
Ils ont beaucoup de prédateurs naturels à leur différents stades d’évolution : les insectes aquatiques au départ, d’autres grenouilles, les poissons, les oiseaux comme le héron. Il faut savoir que seulement 2% des œufs deviendront des adultes, pour lesquels les voitures sont la première cause de mortalité.

Alors prenez soin de nos amis amphibiens. Ne ramassez pas les œufs, c’est strictement interdit. Ne les manipulez pas : les grenouilles ne sont jamais perdues ! si toutefois vous en voyez une au milieu de la route et voulez l’aider à traverser, penser à mouiller vos mains. En effet ce sont des animaux à sang froid et votre chaleur pourrait les déshydrater. Et si vous avez une mare, n’y mettez pas de poissons (seuls les crapauds communs et les grenouilles vertes rieuses peuvent résister à ces prédateurs).

Maintenant , je vous souhaite plein de bonnes et belles observations lors de vos balades au Pays de Vendôme!

Vous cherchez une idée de sortie et de découvertes en plein air : Pour en savoir plus sur les sorties de Perche Nature :
EN SAVOIR PLUS

découverte du Jardin de la Mardelle

découverte du Jardin de la Mardelle

Avec Séverine nous avons visité, lors d’un beau dimanche ensoleillé, le jardin de la Mardelle, à Artins. Nous avons chaleureusement été accueillis par Jean-Claude et Sofia Peltier.

jardin de la Mardelle à Artins, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Pays de Ronsard, dalhias, rosiers, perspectives, sedum

jardin de la Mardelle à Artins, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Pays de Ronsard, dalhias, rosiers, perspectives

Au tout début de l’automne, ce qui frappe le plus à la découverte de ce jardin, c’est le soin donné par ses créateurs, Jean-Claude et Sofia, aux perspectives. Les formes et les couleurs sont variées, le paysage est ponctué par de nombreuses verticales qui donnent du relief et du contraste, les dahlias et les rosiers remontants ajoutent des touches de couleurs vives, la succession des massifs attire la curiosité des passionnés et invitent à la découverte des différentes espèces qui les composent.

jardin de la Mardelle à Artins, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Pays de Ronsard, dalhias, rosiers, perspectives, sedum, crocus, autour d'un étang, aster

jardin de la Mardelle à Artins, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Pays de Ronsard, dalhias

Le deuxième élément qui m’a frappé par cette belle journée ensoleillée, c’est les parfums enivrants et si agréables (sedum…).

Ce jardin a vu le jour en 1980. A l’origine, le terrain n’était qu’une immense friche industrielle, où proliféraient ronciers et mauvaises herbes contre lesquels il a fallu lutter. Les conditions climatiques (le premier été fut particulièrement sec) ont constitué la deuxième difficulté qu’ils ont dû surmonter. Après 10 ans de travail, le jardin a commencé à prendre forme.
Il a fallu plusieurs essais pour que le jardin se trouve dans cette configuration. Les plants et arbustes étaient régulièrement déplacés afin de pouvoir leur offrir le meilleur emplacement.

jardin de la Mardelle à Artins, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Pays de Ronsard, dalhias, rosiers, perspectives, sedum, crocus, autour d'un étang, asterAujourd’hui, ce jardin paysager à l’anglaise couvre 2 hectares, le long d’un vaste étang. L’entrée se fait par l’allée de bienvenue, permettant l’accès aux 3 premiers jardins. Un 4ème jardin se situe devant la maison, elle aussi restaurée, puisqu’elle a été successivement un manoir seigneurial avant d’être transformée en ferme pendant la Révolution.

Je ne manquerai pas de revenir visiter le jardin de la Mardelle suivant les saisons, pour profiter des floraisons successives, des camelias, des Iris, des hémérocalles et des roses anciennes et modernes, pour n’en citer qu’un tout petit échantillon.

jardin de la Mardelle à Artins, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Pays de Ronsard, dalhias, rosiers, perspectives, sedum, crocus, autour d'un étang, aster

jardin de la Mardelle à Artins, Vallée du Loir, Pays de Vendôme, Pays de Ronsard, dalhias, rosiers, perspectives, sedum, crocus, autour d'un étang, aster

Alors venez vite découvrir ces différents jardins, véritables havres de paix!

pour en savoir plus : www.jardindelamardelle.fr
Balade naturaliste avec Perche Nature!

Balade naturaliste avec Perche Nature!

Ce week-end se déroulait la Fête de la Nature. A cette occasion Perche Nature proposait une balade naturaliste à la Carrière de la Mutte à Sargé sur Braye.

animPercheNatureCarrieresMuttes crédit photo OTCPV (20)

C’est toujours avec grand plaisir que je profite de ces promenades, qui permettent d’apprécier la nature et d’apprendre des choses très intéressantes, en bonne compagnie, grâce aux commentaires des naturalistes de l’association, à qui l’on peut aussi poser toutes les questions qui nous viennent à l’esprit, quelle est cette plante, cet insecte…

Ce 23 mai 2015, nous avions donc rendez-vous à la Carrière de la Mutte à Sargé sur Braye, dans le Perche Vendômois. C’est un espace très particulier et restreint en surface. Il est constitué de sable ocre/rouge du Perche et de bancs de pierre de Roussard, qui est un grés ferrugineux à la couleur très spécifique. On y trouve des espèces de plantes et d’insectes adaptées à ce milieu siliceux, acide et perméable.

animPercheNatureCarrieresMuttes crédit photo OTCPV (33) animPercheNatureCarrieresMuttes crédit photo OTCPV (34)

Sur le chemin vers la carrière, nous nous arrêtons déjà. Plein de choses à découvrir : Centaurée, oseille, gaillet jaune, véronique, menthe rotundifolia, graminée dactyle, joncs, trèfle, armoise, plantain lancéolé…
Le saviez vous ?: vous êtes piqué par des orties…pas de problème ! frottez-vous la peau avec du plantain et ça ira mieux.
animPercheNatureCarrieresMuttes crédit photo OTCPV (12) animPercheNatureCarrieresMuttes crédit photo OTCPV (6)
animPercheNatureCarrieresMuttes crédit photo OTCPV (10) animPercheNatureCarrieresMuttes crédit photo OTCPV (29)
Puis en arrivant en sous-bois : Fougère aigle, digitales, et autres espèces très adaptées au terrain siliceux tel que le châtaigner, le bouleau, l’herbe à Robert (géranium sauvage), stellaires, bruyère callune. Suivant la saison où vous venez vous pourrez apprécier le spectacle de la nature, des bruyères fleuries ou des digitales…
Topo sur les abeilles sauvages :  Nous avons tous vu dans nos jardins des petits trous très circulaires dans la terre. Comme moi vous avez sans doute pensé que cela pouvait être le travail d’espèces particulières d’araignées ou de fourmis. Et ben non ! il s’agit d’abeilles sauvages. Elles sont solitaires. Elles creusent des galeries au sol ou sur des parois terreuses (différentes espèces d’abeilles sauvages). Elles accumulent du pollen et du nectar au fond d’une cellule dans laquelle elles pondent un œuf. Ces abeilles sont souvent jaune et noir, histoire de faire croire qu’elles sont des guêpes et ainsi se protéger des prédateurs. Une espèce à la Carrière de la Mutte ne vit même que du pollen du lierre.

On apprend donc toujours plein de choses lors de ces sorties. Alors si cela vous intéresse, Perche Nature organise régulièrement des sorties avec des thèmes différents. Je vous invite à consulter leur site pour connaître les dates : www.perchenature.fr.

Pour plus d’informations sur la carrière de la Mutte, vous pouvez aussi consulter le site de la commune de Sargé sur Braye, www.sargesurbraye.com.

Pour davantage d’informations sur la pierre de Roussard, pour les amoureux de la pierre et de la géologie, vous pouvez profiter d’une exposition permanente à l’Eglise St Martin de Sargé sur Braye. Pour plus de découvertes, un circuit de 40 km sur la Pierre de Roussard vous est aussi proposé ; Une belle idée d’excursion à faire en voiture ou en vélo : www.sargesurbraye.com/index.php/culture/le-roussard.

Alors rendez-vous à la prochaine sortie, le 30 mai 2015: « opération jardinier! », à 14h30 à Pont Blossier, commune de RUAN sur EGVONNE.